Articles libres de droitsLe magazine Nopanda est à votre service.
Voici les meilleurs articles sélectionnés pour vous par la rédaction


AUTEURS

  • Inscription
  • Identification
  • Régles à respecter




  • VISITEURS

  • Invitez vos amis
  • Régles à respecter
  • Contactez-nous




  • NEWSLETTER

    Soyez au courant des nouveautés !



    Votre e-mail ne sera
    ni vendu, ni loué.

     ::


      Imprimez cet article

      Recopiez cet article

      Envoyez cet article à un ami

      Ajouter aux Favoris
    Portugal : Rêves d'exil vers les terres africaines
    par guershon NDUWA   





    Les Africains ne sont plus les seuls à émigrer pour des raisons économiques et améliorer ainsi leurs conditions de vie. Les Européens sont eux aussi de plus en plus nombreux à migrer.

    Les portugais sont reputés pour leur racisme dont plusieurs d'entre eux s'honorent. Les Africains résidant au Portugal représenteraient 0,7% de la population, selon les chiffres du recensement . Selon le sociologue Arnaldo Andrade, le Portugal est le théâtre d'incidents raciaux depuis le milieu des années 70, mais se refuse à l'admettre.»
    Frappé de plein fouet par la crise économique mondiale, l'Europe a vu les conditions de vie de ses population se durcir. Pour fuir la misère dans leur pays, certains Européens n'hésitent plus à migrer vers l'Afrique en espérant trouver du travail.


    Le nombre d'immigrés portugais fuyant la crise économique au Portugal pour l'Angola est en effet en forte augmentation.
    L'Angola et le Portugal ont pourtant signé un accord le 15 septembre 2011 qui vise à faciliter les conditions d'octroi des visas d'entrée entre les deux pays. Cet accord conclu à Lisbonne par Georges Chikoti, ministre angolais des Affaires étrangères et son homologue portugais Paulo Portas, permet aussi des entrées multiples dans les deux pays ou la prolongation du séjour si le visa expire.

    La presse portugaise n'a pas manqué de faire le constat de l'augmentation du nombre de migrants portugais en Angola. Selon un quotidien de Lisbonne, en 2006, seulement 156 visas de Portugais en partance vers l'Angola étaient recensés. En 2011, leur nombre a explosé, atteignant 23. 787. En 2012, on compte près de 100 000 Portugais résidant en Angola, soit le triple des Angolais installés au Portugal. La vieille Europe déprime. La zone euro est au bord de l'implosion et la récession menace. En Afrique, la croissance économique se maintient. Et si un jour l'Afrique devenait un réel Eldorado pour tous ceux qui souhaitent fuir la misère en occident ?

    Le Portugal ne semble pas être une exception dans le cadre des attitudes et comportements racistes en Europe. Néanmoins, et sans céder aux tentations du soupçon généralisé ni à celles de la dénonciation gratuite, un ensemble de questions mérite d'être posé à ce propos : comment se manifeste le racisme dans la société portugaise contemporaine et à quelles « logiques » obéit-il? Quelles sont ses sources actuelles et historiques ? Y a-t-il une spécificité de la société portugaise par rapport aux autres sociétés européennes, en ce qui concerne cette problématique ?
    Tout d'abord, on présente un ensemble de concepts et de notions déjà stabilisés dans la pensée sociologique en les intégrant dans ce qu'on peut appeler une « sociologie du racisme ». Ce sont la distinction entre racisme et xénophobie, la pertinence actuelle de l'utilisation du concept de « race », la spécification des concepts de racisme classique et de néoracisme, l'exploration des formes empiriquement observables du racisme et la séparation entre les « deux logiques » du racisme qui seront présentées dans cette première partie.

    Ensuite, on passe de la « dénomination du racisme » à son « explication », c'est-à-dire qu'on présente quelques-uns des facteurs explicatifs de l'émergence et maintien des phénomènes racistes dans les sociétés européennes contemporaines. Cette démarche a comme objectifs principaux, la mise au point de quelques hypothèses pouvant être utilisées dans l'explication des facteurs du racisme dans la société portugaise.

    Le troisième moment consiste fondamentalement à démontrer les caractéristiques du phénomène migratoire, de l'ethnicité et des minorités ethniques dans le Portugal contemporain. Ainsi, dans cette partie du texte, on explore tout d'abord le phénomène de l'émergence de l'immigration au Portugal, le processus d'insertion sociale et spatiale des populations issues de l'immigration dans la société et l'évolution des politiques gouvernementales à l'égard du processus migratoire. Ensuite, on présente, quoique brièvement, les traits principaux de la seule « minorité nationale » existant au Portugal : les Tsiganes. On discute alors quelques éléments de la problématique de l'avènement d'une « question tsigane » dans la société portugaise contemporaine. C'est à la suite de cette présentation de l'émergence des collectivités historiques qui se différencient de la majorité dans la société portugaise, qu'on discute le traitement sociologique « domestique » de ces phénomènes. C'est ainsi qu'un regard critique est porté sur la sociologie de production nationale en ce qui concerne l'immigration, les problèmes identitaires des populations issues de l'immigration et des Tsiganes, les études sur leur « ethnicité », les recherches sur le rapport entre la communication sociale et les minorités ethniques et les investigations existantes sur la question du racisme dans le Portugal contemporain.

    Après cette incursion dans le thème des minorités ethniques actuellement présentes dans la société portugaise, on essaye de répondre à la question de l'origine de l'idée du « non-racisme » portugais ou de l'existence d'une forme de racisme spécifiquement portugaise. On se demande alors si ce mythe si répandu parmi la population a encore des effets dans les attitudes, les conduites et les idéologies des Portugais. C'est l'interrogation de l'histoire récente du pays, notamment l'analyse des discours et des politiques datant de la période coloniale, qui permettra de donner quelques réponses à ces interrogations.

    C'est après ces démarches initiales qu'une analyse des manifestations contemporaines du racisme dans la société portugaise peut être entamée. Cela est réalisé à travers deux types d'approches qui se sont révélées complémentaires. D'une part, sont analysés les contenus d'un ensemble d'entretiens réalisés avec des responsables d'associations d'immigrés, de Tsiganes, d'organisations antiracistes, des responsables politiques et institutionnels, des syndicalistes et des citoyens portugais et étrangers. Leurs témoignages se sont révélés indispensables à une approche de la perception des phénomènes racistes dans la société portugaise. D'autre part, on utilise plusieurs textes sur les groupes ethniques, les Tsiganes et les collectivités d'immigrés. Ce travail a cherché, précisément, à réaliser une relecture aussi systématique que possible de cet ensemble de travaux dispersés à la lumière d'une approche sociologique des phénomènes racistes existants dans la société portugaise.

    Mais l'étude du racisme dans une société donnée implique toujours une réflexion critique sur son combat. La dernière étape de ce travail a été alors consacrée à l'analyse de l'antiracisme portugais. Ce sont les discours et les positionnements des divers acteurs sociaux qui, d'une façon ou d'une autre, sont liés à la lutte contre le racisme qui seront traités dans la clôture de ce texte.

    Les principales victimes du racisme des Portugais sont indéniablement les immigrés d'origine africaine et leurs descendants et les petites communautés de Tsiganes. Mais ces deux collectivités ne sont pas victimes du même type de racisme. La démarche typologique utilisée dans la recherche qu'on présente ici, a, en fait, pu dégager les deux types idéaux de racisme existants dans la société portugaise.

    Le racisme à l'égard des immigrés et de leurs descendants obéit nettement à la logique de racisation « inégalitaire » ou « assimilationniste » dont les sources se trouvent dans le passé colonial du pays et dans les idéologies et préjugés hérités de ce même passé. La représentation contemporaine de l'Africain immigré doit encore beaucoup à l'imaginaire du « Noir colonisé ». Ce sont les discriminations quotidiennes, le traitement inégalitaire dans beaucoup de domaines de la vie sociale, l'infériorisation constante et le l'harcèlement verbal qui constituent les pratiques les plus souvent perçues et témoignées par cette catégorie d'individus. Les domaines de l'emploi, de l'habitation, des transports en commun et des loisirs - surtout dans les milieux urbains où les immigrés se concentrent - sont autant de situations ou les acteurs sociaux perçoivent le plus les manifestations racistes. Les immigrés et leurs descendants ont effectivement une place dans la société ; ils ne sont pas exclus de la sphère de la production ou de la vie économique mais ils sont méprisés et relégués à des situations d'invisibilité sociale.

    En ce qui concerne les Tsiganes, la situation est très différente. Ils sont actuellement victimes d'un racisme qui relève nettement de la logique « différentialiste » ou d'« exclusion ». Il ne leur est pas concédé aucune place dans la société, aucune fonction économique, aucun espace d'interaction. Que se soit au niveau des pratiques quotidiennes ou au niveau des événements exceptionnels et violents à caractère raciste, la collectivité Tsigane est actuellement perçue en tant qu'incompatible, inassimilable et indésirable à la société environnante. Elle est rejetée, exclue et, dans les cas plus extrêmes, violemment chassée de toute coexistence avec les non Tsiganes. Les sources de ce rejet différentialiste semblent pouvoir être trouvées à la fois dans la dissolution des modes de vie typiques de cette collectivité et dans les concomitants changements subis par la société portugaise. D'une part, les Tsiganes ont cessé d'être « utiles » à une société qui s'est modernisée peut être trop rapidement et dont une bonne partie a été livrée à la misère, à l'exclusion, à l'économie souterraine et aux trafics plus ou moins illicites. D'autre part, ils demeurent des symboles qui rappellent à la société ce qu'elle veut oublier rapidement : le passé de la pauvreté, de la précarité, de la misère, du renfermement, et de l'absence de projets d'avenir. Les Tsiganes portugais sont devenus les boucs émissaires d'une situation beaucoup plus complexe que leur existence en tant que collectivité historique.

    En ce qui concerne la société portugaise, l'établissement de cette distinction, son exploitation systématique et son utilisation pratique n'ont jamais été faites, ni au niveau de la recherche scientifique ni au niveau des discours des institutions et organisations de lutte et de prévention des phénomènes racistes.



    Source de l'article : http://www.nopanda.com/?expert=Guershon_Nduwa Trouver quelles sont les différences entre la Menorah et Hanukkah MenorahLe pouvoir de la patience (le travail de la Perfection)Changement climatique - Comment cela peut affecter votre vie?Végétarien Movie Stars - qui vint en premier?Fibres de Elephant Dung sont plus propres que You Might ThinkLorsque le Mexique Ville a un tremblement de terre 8.0 ou Popocatepetl Volcano Goes - 25 millions d'immigrants illégaux?Les Fils de DieuVol d'identité - Crime croissance la plus rapide du Royaume-UniJe vous remercie Cindy Sheehan de la bataille rangée Courageous


    Sélection d'articles de la rubrique Politique :

  • Identite nationale et mondialisme
  • Nationalité... la quête du graal à la française
  • Portugal : Rêves d'exil vers les terres africaines
  • Constitution : "I have a dream...."
  • Notre société marchande est devenue un piètre spectacle...
  • L'afrique noire et le maghreb...
  • Analyse sur le pourquoi de l'échec dans la gestion des affaires au rwanda et en rdc
  • Le crapulisme automobile européen...
  • Radars fixes : la fermeté de Nicolas Sarkozy
  • La côte d'ivoire comme un téléphone à deux puces !



  • Copyright © 2009-2017 nopanda.com - Tous droits réservés